Articles écrits par buz

Spread the luvluv

Parce que y’en a marre des sondages à la con et des guignols au pouvoir. Leurs agressions morales permanentes nous stressent.

Relaxons nous un peu avec ces belles paroles.

Revenons aux fondamentaux bordel ! LIBERTÉ, ÉGALITÉ, FRATERNITÉ

Happy 2011

Lilibuznet vous souhaite une excellente année 2011 pleine de LOL et de cookies !

Ma photo 2010

Rendez-vous Parisiens

« Rendez-vous Parisiens »

Elle à Prague moi à Nantes, 1400 km nous séparaient. Cette photo a été prise lors d’un de nos rendez-vous parisiens. Elle symbolise ces tête-à-têtes réguliers, mais toujours trop courts, ou l’on profite l’un de l’autre au maximum. Sur le coup, tout va très vite. Heureusement, la photo fige l’instant et nous permet d’en profiter encore. J’aime ces moments intenses alliant folie et douceur.

Inspiré par le site Lense.fr qui propose à ses visiteurs de montrer leur photo favorite de l’année 2010 en l’accompagnant d’un petit commentaire. J’ai trouvé l’exercice intéressant. D’autant plus qu’en ce moment lili est coincée à Moscou jusqu’au 31 décembre (minimum) …

La course aux jouets, un truc de super heros

Je suis persuadé qu’au fond de chaque individu se cache un petit enfant qui s’émerveille devant la magie de Noël. On pourrait se croire à bisounoursland mais en réalité c’est la guerre du jouet qui fait rage dans l’esprit de chacun.

La recherche du perfect gift est tout un art. Trouver le cadeau sympa, adapté au destinataire ou faire des cadeaux groupés originaux ne se prépare pas à la dernière minute. Se battre contre l’alliance qualité/prix n’est pas toujours chose aisée mais le jeu en vaut la chandelle. Il n’y a rien de plus jouissif que de surprendre quelqu’un et d’être récompensé par son plus grand sourire. Au diable les petits blasés qui passent commande comme au Pizza Hut.

Chaque année c’est la même chose. On repousse tous l’échéance et la dernière semaine avant Noël c’est le méga rush. On se marche dessus, on s’énerve puis on perd patience et on finit par acheter du chocolat.

Les adeptes du shopping en ligne ne sont pas forcément mieux lotis. Parfois rien ne vous garanti que votre colis arrivera avant le jour J. Brûler des cierges et invoquer tous les lutins possibles ni changera rien. Désespérés, vous finirez par écrire un bête mot d’excuse sur un bout de carton. La loose totale.

Bien sûr si vous vivez tout seul au fond des bois c’est vite réglé.

Par contre si votre famille comporte autant d’individus qu’une équipe de foot (staff et remplaçants inclus) vous avez deux solutions. Soit vous vous en foutez royalement et vous pouvez d’ores et déjà faire le plein de Lindt, Ferrero & co (Père Noël noname pour les pauvres). Soit vous enfilez votre costume de super héros dès maintenant et cette année c’est vous qu’on appellera Papa.

Go go go ! Have fun !

Corsica !

Il y a 2 mois on déambulait à toute vitesse dans les rues de Toulon pour ne pas rater notre ferry. Avec 15 kilos sur le dos, on se serait cru dans pékin express. Rassurez vous notre effort a très vite été récompensé. L’île de beauté nous a gâtés.

Après avoir dormi comme des bébés, réveil à 6h30 pour admirer la vue.

En une semaine on compte faire le tour du sud de la corse. Pas de temps à perdre, on récupère notre voiture de location et en route pour Porto Vecchio. Entre temps on fait quelques rencontres amusantes.

Puisque qu’on est tout près des montagnes une petite rando s’impose.

A Porto Vecchio le vieux centre-ville fourmille d’excellents restos, vite une plage pour faire la sieste.

Une fois reposés c’est parti pour une sublime ballade sur les falaises de Bonifacio.

Jamais rassasiés, le lendemain on se refait la même mais sur la mer et avec une escale dans un petit coin de paradis, les îles Lavezzi.

A Tizzano notre camping est à 400 m de la plage et on va pas s’en priver. Couteau Suisse, saucisson et couché de soleil. What else?

Pour notre dernière étape on voulait marquer le coup en s’offrant l’hôtel. Bonus, la piscine avec vue panoramique sur la ville de Sartène.

Enfin, visite d’Ajaccio en mode escargot en attendant le ferryboat.

J’aurais voulu que ces dernières photos soient celles d’un nouveau séjour en Corse. Malheureusement nous sommes bien de retour dans l’hexagone. On en profite jusqu’au bout.

Merci au soleil, aux oliviers, aux chats, aux poissons, aux confitures de figues, au Lonely Planet, aux paysages, aux Corses et à la mer pour leur accueil. On y retournera.