Catégorie Divertissements

Meanwhile in Russia – n°1

Comme promis hier, la rubrique « vu et revue » sera occasionnellement suivie d’un point sur l’actualité russe :

- Les Russes sont toujours très touchés par les problèmes de garde parentale lorsque cela concerne des familles franco-russes. Cette semaine a mis fin à une sombre histoire de ce genre, ponctuée par des enlèvements (3 pour être précise) de l’enfant par les parents et des agressions entre les conjoints. Après avoir condamné le père à de la prison avec sursis il y a quelques années, la justice française a, à présent, condamné la mère (russe) à 2 ans de prison avec sursis (Source). Même si le gouvernement russe a considéré la peine comme étant modérée, c’est pas ça qui va calmer les dramatisations de l’opinion publique sur le sujet.

- La loi russe dont la presse parlait cet été, qui permet aux autorités de « blacklister » des sites internet pour leur contenu pédophile ou pornographique, est entrée en vigueur le 1er Novembre. Cette loi aurait pour but de protéger les enfants des dérives de l’internet, mais beaucoup redoutent la mise en place en pratique d’une censure progressive de la toile (Source).

- Et pour finir, vu que c’était Halloween cette semaine c’est l’occasion de publier un extrait d’un film d’horreur soviétique sorti en 1967. Que vous parliez ou non le russe, cette vidéo vaut le détour ! Si vous en voulez plus, le webzine La Russie d’aujourd’hui dresse une liste de 12 films d’horreurs cultes russes.

Vu et revue #1

Etant toujours au chômage pour le moment, j’ai souhaité partager, avec les gens qui ont moins de temps que moi, les petites trouvailles que je fais (que ce soit sur internet ou ailleurs) pendant que tout le monde travaille.

Je me lance donc dans une nouvelle rubrique dont le principe est simple : chaque semaine je passerai en revue ce que j’ai pu lire, voir, entendre, tester, apprécier, détester, en essayant de varier les médias et les supports. Souhaitant faire quelque chose de plus personnel que la banale revue du web, je vais tout mélanger dans cette revue, de la recette au coup de gueule, en passant par des articles de presse, de blog, des vidéos, des images, des synopsis, le tout de façon changeante et arbitraire. Lorsque l’actualité russe s’y prêtera, cette rubrique sera suivie (le dimanche) par un article intitulé « Meanwhile in Russia », où je reviendrai sur quelques évènements marquants ou détails kitsch de ces voisins lointains.

 – On commence par une recette, celle des flans aux poireaux :

Pour 4 personnes, il faut 4 poireaux, 3 oeufs, 200G de Ricotta, 10cl de crème fraîche liquide, 40G de parmesan rapé, sel poivre + Poitrine fumée.

Une fois nettoyés, les poireaux doivent être coupés et cuits à la vapeur (10min en cocotte). Tout mélanger dans un saladier (sauf la poitrine fumée), mettre au four dans des ramequins à 210°C (th7) pendant 45 min. Faire griller la poitrine fumée au dernier moment et la servir avec.

- Cette semaine marquait la fin de la chronique L’Amérique en France sur Slate, rédigée par la fameuse journaliste spécialiste de la pop-culture, Elise Costa. Si certains ont loupé cette brillante chronique et sont intéressés par la francisation de la culture américaine c’est par ici.

- Le week end dernier nous nous sommes rendus au festival de la BD Quai des Bulles à Saint-Malo, l’occasion de découvrir des nouveautés, comme la BD En silence d’Audrey Spiry. Une BD différente de ce que j’ai pu lire jusqu’ici, il ne s’agit pas d’un carnet de bord ni d’un roman dessiné, mais d’un récit angoissant dont le thème principal est l’eau. L’histoire : des jeunes gens entreprennent une journée de cannyoning, ils sont en groupe mais pourtant seuls face aux dangers de cette eau sauvage, seuls face à leurs doutes. A lire !

- Je fais court pour la première édition et finis en beauté avec cette vidéo de la chanson Your Body de Christina Aguilera, dont la musique est réalisée à l’aide de fournitures de bureau. Malgré la sublime voix de la chanteuse et la présence du groupe the Roots, j’ai quand même du mal avec son mauvais goût capillaire !

Electric Guest – This Head I Hold

Découvert à Taratata tout à l’heure, ce groupe envoie.

Le rythme soutenu et les pas de danse électriques du chanteur me donnent de l’énergie. Je sens que je vais écouter leur album toute la nuit.

[Corée-du-Sud] Troisième jour : photos de fleurs et kawaiieries incoming

Bon, c’est pas tout ça, mais faudrait p’tet qu’on resserre notre budget un peu nous, non ? On a quand même trois semaines à tenir, ce serait dommage de finir le voyage en mangeant du poisson séché. Bref, je m’égare.

Le troisième jour a commencé par un coup de chance infini, on a réussi, par pur hasard à assister à l’une des deux seules visites quotidiennes du jardin secret du Palais Changdeokgung. Très belle visite, dommage qu’il n’y ai pas eu plus de fleurs (enfin pour moi, car pour vous lecteurs, ça aurait voulu dire plus de photos de ce type).

Cliché ? Mais non.

Nous avons voulu continuer dans le culturel avec buz, en allant dans l’un des musées de Séoul. Pour son aspect gratuit nous avons choisi le musée national coréen. Nous avons été un peu déçu, car malgré un bâtiment impressionnant et de belles pièces d’art asiatique, ça ne nous a pas vraiment plu.

Pas grave, notre programme du soir nous a remonté le moral : 2 places pour le spectacle Jump, alliant comédie et arts martiaux, tout ça sans paroles. C’est un très bon spectacle tous publics, vraiment drôle et buz a même été invité à faire des roulades sur scène !

Une fois remis de toutes ces émotions, on allait rentrer à Stay Korea, et là, on tombe sur une papeterie Kawaii ! Nos yeux se sont remplis d’étoiles… Et pourtant, on a encore une fois rien acheté (maman, je sais que tu n’en reviens pas, n’est-ce-pas ?).

Dans ce magasin, ils arrivent même à rendre les poubelles pour salle de bain mignonnes !

True Blood, pitié, ta gueule Sookie !

Le « Tru Blood » est une boisson à base de sang de synthèse qui permet aux vampires de se nourrir. Ainsi une cohabitation avec les humains peut commencer. L’idée de cette série HBO est plutôt bonne. Problème, le personnage principal est très agaçant. Dans le genre super niais, Sookie Stackhouse remporte la palme haut la main. Je ne sais pas si c’est vraiment le personnage qui veut ça ou si c’est l’actrice mais j’ai vraiment du mal avec elle et ses mimiques.

Dans mes souvenirs la saison une peut se résumer à des cris et du sexe, un peu trop facile. Malgré tout, j’ai regardé chaque épisode jusqu’au premier de la saison quatre sorti hier. Cherchez pas la logique.

Par contre, et c’est là que je voulais en venir, le générique d’ouverture est un petit bijou. C’est de loin mon préféré toutes séries confondues. D’habitude je fais un bon coup d’avance rapide jusqu’au début d’un épisode. Là, impossible, c’est presque le meilleur. La musique – Bad Things de Jace Everett – et le rendu des images donnent une super ambiance. Regardez.

Ensuite on déchante vite.